22/09/2004

DOGMA ?

Pourquoi Dogma ? Pourquoi encore un disque ? Je vais tout t’expliquer.

La première fois que j’ai embrassé une fille, c’était dans le parking de la salle des fêtes de Yardley Gobion,un petit village pas loin de Northampton, en Angleterre. Elle s’appelait Barbara et sans aucun doute j’étais amoureux.

C’était aussi la première fois que je voyais un certain groupe du coin qui avait pour nom 

"The Inmost ".Ils étaient les héros de la région. Ils jouaient sur des Stratocaster branchées sur ampli Vox. Leurs coupes de cheveux étaient parfaites, et surtout, les filles les adoraient.

Et la musique ? C’était fort, très fort.

Mes oreilles avaient l’habitude d’écouter The Who, Small Faces, Stones et Yardbirds sur mon tourne-disque Dancette. Le volume sonore fourni par ses cinq watts restait bien léger.

The Inmost, c’était tout autre chose ! Deux heures après la fin du concert, mes oreilles et ma tête résonnaient encore. Tout simplement, c’était magique ! Et cet instant est resté gravé dans ma tête jusqu'à aujourd’hui.

Un an plus tard, après une autre soirée passée à écouter The Inmost, je rencontre Ben.

Ben avait trois ans de plus que moi et aimait The Yardbirds, John Mayall and Howlin Wolf. Moi j’avais une guitare mais je ne savais pas en jouer. Lui, il avait une magnifique Harmony Meteor fabriquée en 1960 chez Oncle Sam.

On discute pas mal ce soir-là et vers minuit, il m’invite à faire partie de son groupe; comme je ne savais pas jouer de la guitare, on a décidé que je serais bassiste. D’accord ! Mais j’avais pas de basse, ni l’argent pour en acheter ! Une seule solution !.J’enlève les six petites cordes et les remplace par quatre grosses cordes de basse, comme chevalet, un porte-menu en plastique taillé au couteau chauffé. C’était rustique…mais ça marchait ! J’avais une basse et donc j’ étais bassiste. C’était mon premier bricolage et c’était mon premier groupe. Oui, j’étais le bassiste du Ben Rood Blues Band !!

On jouait le soir après l’école,chez Ben. Quand le jour arriva de notre premier concert, il y avait trente chansons sur la "set liste ". On jouait au club des jeunes du village et le concert se déroulait en même temps qu’un match de ping- pong. J’ai alors réalisé que notre liste était faite de chansons qu’on aimait plutôt que de chansons qu’on connaissait. La seule chose à faire était donc d’ improviser.

Depuis, rien n’a changé. J’ai commencé à écrire des chansons. Oui, c’est ça mon truc :j’écris des chansons et je les joue.

Quand j’avais quinze ans on me disait trop jeune pour jouer dans les pubs...A vingt-cinq ans, on me disait trop vieux pour jouer avec les punks. A quarante, trop jeune pour être bluesman! A cinquante ans… je me dis que je n’ai plus d’âge et c’est tant mieux ! Libéré de la jeunesse et encore en pleine forme. Que demander de plus ?

DOGMA… C’est un témoignage de ma vie. Enregistré dans ma retraite rurale avec mes deux complices Frédéric Leclair à la guitare et Christophe Etard à la batterie. Nous avons pris le temps de travailler à notre vitesse et de terminer avec non seulement quelque chose qu ‘on aime mais quelque chose qui nous ressemble.

Aujourd’hui, j’ai toujours le même plaisir à prendre ma guitare dans mes mains et toujours le même bonheur chaque fois que je chante mes chansons. La Harmony Meteor de Ben habite chez moi depuis pas mal de temps et elle sonne toujours aussi bien qu’en 1968.Elle n’ aimerait pas l’idée de retraite – Moi non plus !

Oh!Et Barbara? Notre amour a duré sept semaines…. J’étais trop jeune, trop triste et parlais de guitare tout le temps !



21:30 Écrit par john brassett group | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.